Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les vingt-deux infortunes d'Arlequin

Fichier hébergé par Archive-Host.comUn petit canevas pour la route ?

Aux temps lointains de la comeddia dell'arte, on n'écrivait peu, ou pas du tout, les textes des pièces. Les intrigues étaient connues, de même que les personnages et leurs façon. Le plaisir résidait moins dans l'histoire que dans la façon de la raconter, de la jouer.  On appelle canevas les histoires qui nous sont parvenues et qu'on travaille encore dans la plus pure tradition.

 

C'est pour faire découvrir le plaisir d'impoviser sur scène que Florence Delorme s'est lancée dans un travail sur un canevas de Carlo Goldoni. Pour leur venir en aide, elle a écrit, c'est à dire, composé, une pièce à partir de l'histoire célèbre de d'Arlequin, fainéant sympathique et roublard, toujours affamé, impécunieux et inventif.

Que ceux qui font du théâtre s'en emparent ! Que ceux qui font faire du théâtre aux enfants et aux adolescents l'utilisent et que grand bien leur fasse !

 

On peut acheter cet ouvrage en édition numérique chez tous les bons fournisseurs du net.

Vous pouvez consulter un extrait en cliquant ici

Pour l'acheter

Chez Amazon

à la FNAC

 

Préface

Que les choses soient claires, la commedia dell’arte ne s’écrit pas. Au mieux, elle se note. 
Carlo Goldoni a laissé des canevas de ses comédies, indiquant quels sont les personnages et grosso modo, quelles sont leurs actions. On sait que les artistes improvisaient sur cette trame un peu comme les musiciens de jazz improvisent sur une « grille » et un thème, et non sur une partition. 
C’est par commodité et pour les besoins d’un atelier de théâtre que Florence Delorme a écrit des dialogues sur Les Vingt-Deux Infortunes d’Arlequin, qui est au départ, un canevas de Carlo Goldoni. Il convient donc d’utiliser ce texte pour ce qu’il est : un outil de travail, et non une « œuvre » à part entière. Tout y est transformable, transposable, tout y est proposition et non injonction. On peut, on doit même, se donner toute liberté pour changer les mots, les gestes, les décors… réécrire l’histoire, en somme. 
N’oublions pas que « jouer » est aussi un synonyme de « s’amuser ».


Pierre Launay.

Les Vingt-Deux Infortunes d'Arlequin
Tag(s) : #Catalogue, #Théâtre

Partager cet article

Repost 0